Analyse de ma bibliothèque musicale en dataviz – Part 1

Cela faisait quelques temps que je voulais analyser ma bibliothèque musicale ainsi que mes écoutes.

La dernière publication de Colin Fay sur son blog (Data & Vinyles – Exporation d’une bibliothèque Discogs avec R) et quelques échanges avec lui sur Twitter m’ont fait sauter le pas.

Deux sources principales à regarder : bibliothèque musicale sur l’ordinateur (peu d’écoute mais quand même) et sur mon baladeur (plus d’utilisation au quotidien).

La première difficulté rencontrée a été : comment accéder à mes données?

J’ai commencé par regarder du côté de l’API d’Itunes mais elle concerne surtout les achats via l’Itunes Store. Ne pratiquant pas et n’étant pas très sensible à ce modèle de consommation musicale, j’ai abandonné cette idée. Je ne télécharge pas depuis l’outil mais j’y importe mes albums CD achetés et la musique que je récupère en ligne.

Le temps a passé et une solution toute simple a émergé des échanges avec Colin Fay (que je remercie) : un simple Tout Sélectionner et copier-coller de la bibliothèque musicale a suffit pour tout récupérer! (Un peu honte de ne pas avoir essayé).

Avant de passer par R pour l’analyse, un petit coup de Refine avec OpenRefine pour nettoyer la base et assurer un peu de cohérence aux résultats.

Analyse de l’ensemble de ma bibliothèque musicale

Au total, ma bibliothèque musicale contient 1154 albums et 1264 artistes (quelques compils font grimper le nombre d’artistes).

BarChartIDeef7afc0b57

Assez « satisfait » de ce premier résultat, reflet de la diversité des styles que je peux (ou ai pu) écouter : de la oi! de Los Fastidios, en passant par le hip hop de Swift Guad pour atterrir dans les musiques planantes (Hawkwind , Earth) et lourdes de Sunn O))).

N’ayant pas pour habitude de télécharger des discographies entières, Earth et Sunn O))) font office d’exceptions : discographie prolifique et recherche personnelle d’un certain style dans leur production.
Pour Sunn O))), mon préféré est sans doute l’album Terrestrials avec Ulver.

Grand fan des Cramps, avec quelques albums préférés: « A Date with Elvis » et « Psychedelic Jungle« .

Pour ce qui est de Johnny Cash, multiplier les versions d’une même chanson pour en tirer les meilleures!

ColumnChartIDeefab7dc95

Résultat plutôt inattendu avec la répartition des albums par année… Ce pic dans les années 2000 m’a assez surpris.

J’essaierais d’aller plus loin dès que possible.

 

Sciences de l’information, sciences de l’artificiel ?

Analyse de l’article What Kind of Science Can Information Science Be ? de Michael Buckland Dans son article, paru en 2012 dans JASIST, Michael Buckland s’attaque à la tâche ardue maintes fois tentée et très polémique de poser le cadre de ce qu’est et de ce que pourrait être les sciences de l’information.

Source : Sciences de l’information, sciences de l’artificiel ?

Concevoir l’ouverture des données publiques de prochaine génération par @internetactu

Replacer l’ouverture des données dans leur réalité pour s’assurer que cela participe de l’amélioration de vie des citoyens et éviter le seul effet d’annonce.
A ce titre, les 10 recommandations faites dans le rapport présenté dans l’article mériteraient d’être lues et appliquées par les services en charge de l’ouverture.

Qu’à produit l’Open Data, l’ouverture des données publiques (la question de l’ouverture des données « privées », n’ayant jamais réussi vraiment à percer au-delà des délégataires de services publics, hélas, comme nous le soulignions ici et là , autrement que sous la forme du retour des données aux utilisateurs, promu par le self data , mais qui est loin de couvrir tout le spectre de la participation des entreprises aux Communs) ?

Source : Concevoir l’ouverture des données publiques de prochaine génération

Coopératives, forces et limites par @InternetActu

Encore un très bon article de Hubert Guillaud (@hubertguillaud) concernant les nouvelles conditions des travailleurs dans un monde numérique. Remettant au coeur l’individualisation des intérêts des travailleurs et la réification des travailleurs, l’auteur nous montre ici que c’est en jouant collectif que nous pourrons nous en sortir, même si cela contient des limites.  Une citation résume un clivage actuel :

S’ils se considèrent comme des entrepreneurs, le risque, expliquent les auteurs, est que les utilisateurs intériorisent l’individualisme, la compétition et la prédation. Par contre, si les utilisateurs se considèrent comme des travailleurs, alors les possibilités de collaborer, de coopérer et de s’organiser pour obtenir de meilleures conditions de travail demeure possibles.

A lire donc.

Sur Open Democracy.net, Mark Graham ( @geoplace ), professeur de géographie d’internet à l’ Oxford internet Institute et son collègue Alex Wook ( @tom_swing ) spécialiste des transformations du travail, ont publié une stimulante tribune de défense des coopératives et des syndicats à l’heure de l’économie collaborative.

Source : Coopératives, forces et limites

Facebook Ordered to Stop Collecting Data on WhatsApp Users in Germany

Ce qui n’aurait pu être qu’une anecdote démontre en réalité la différence de choix (courage) politique entre deux pays voisins, en matière de numérique et de positionnement vis à vis des Géants du web (GAFAM).
En effet, le régulateur allemand est intervenu pour faire cesser la collecte massive de données via l’application WhatsApp suite à un manque de clarté dans le consentement des utilisateurs à partager leurs données.

A Hamburg regulator said on Tuesday that neither the messenger nor its parent company had received individuals’ permission to share digital information..

Source : Facebook Ordered to Stop Collecting Data on WhatsApp Users in Germany

Un autre exemple assez impressionnant de choix politiques allemands vis à vis de ces géants : il suffit pour cela de regarder la carte Google des zones accessibles en StreetView. Elle montre clairement la différence de traitement des voitures StreetView de Google entre l’Allemagne et le reste de l’Europe… mapstreetview

Comme quoi, on n’est pas tous protégés de la même manière face à ces géants qui s’accaparent de plus en plus de connaissances et de données dans un but privé.

L’Open Data, le gagnant de la Loi Numérique par @RegardsCitoyens

Regards Citoyens revient sur le Projet de loi Numérique et sur son volet open data. Enfin une avancée sur ce sujet. En espérant que cela se traduise par de l’opérationnel en levant un certain nombre de barrières érigées notamment sur les données entreprises…

Identification des communautés ayant contribué à la consultation « république numérique » Regards Citoyens se réjouit des avancées positives apportées par les parlementaires au Projet de loi pour une République numérique qui sera définitivement adopté ce mercredi 28 septembre après le vote final du Sénat..

Source : L’Open Data, le gagnant de la Loi Numérique

The Financial Times uses R for Quantitative Journalism

Tout le monde peut se régaler avec R! Des amateurs, aux professionnels de la donnée!

At the 2016 EARL London conference senior data-visualisation journalist John Burn-Murdoch, described how the Financial Times uses R to produce high-quality, striking data visualisations .. Until recently, charts were the realm of an information designer using tools like Adobe Illustrator: the output was beautiful, but the process was a long and winding one..

Source : The Financial Times uses R for Quantitative Journalism

Jeremy Corbyn lance son Manifeste pour la démocratie numérique par @makeryfr

Comme l’évoque Evgeny Morozov dans son livre « LE MIRAGE NUMÉRIQUE. Pour une politique du Big Data« , le numérique nécessite d’être abordé sous un angle politique et idéologique.
Dans son manifeste, Jeremy Corbyn, leader du parti travailliste britannique, montre que le numérique peut être abordé différemment et prôné d’autres valeurs que l’individualisme, la plateformisation aux dépens des travailleurs…
Un travail qui mérite d’être souligné et qui, on l’espère, pourra en inspirer d’autres.

Jeremy Corbyn, le leader britannique du parti travailliste en campagne pour sa réélection, vient d’annoncer son programme pour le numérique.. Le grand favori des sondages publie un «Digital Democracy Manifesto» qui fait sensation..

Source : Jeremy Corbyn lance son Manifeste pour la démocratie numérique

Apprendre à cartographier, avec Yann Guégan (@yannguegan ) Par @Atelier_medias

Une petite explication de texte par Yann Guégan sur les outils et méthodes qu’il utilise dans le cadre de ces articles avec de la visualisation de données.
Plutot instructif.

Comment rendre visible les lignes éditoriales internationales des médias, leurs zones d’intérêt géographique et donc, leurs visions respectives du monde ?. C’est la question à laquelle a tenté de répondre le journaliste et formateur Yann Guégan, que j’ai rencontré lors de la première édition des Ateliers de Couthures, organisés en juillet dernier..

Source : Apprendre à cartographier, avec Yann Guégan

Comment accélérer l’innovation ? Par @internetactu

Posant le principe selon lequel on parle plus d’innovation qu’il n’y a vraiment, cet article propose une explication et des solutions par la lecture des propos de Dirk Hebling, directeur de FuturICT à Zurcih.

Un enjeu n’est pas évoqué : le caractère éthique du positionnement des institutions dans le choix des thèmes sélectionnés et financés…

Nous avons déjà présenté Dirk Helbing : il est celui, qui, à Zurich, dirige le projet FuturICT qui cherche à simuler le monde .. Dans un récent long post sur son blog , il ajoute plusieurs éléments au débat sur la stagnation de l’innovation, que nous avons mentionné à plusieurs reprises dans nos colonnes..

Source : Comment accélérer l’innovation ?

Le crowdfunding jusqu’où?!! Novak se lève en 2030 par Alain Damasio

Alain Damasio, auteur français de science-fiction, était l’invité des Rencontres Euro-Méditerranéennes du Crowdfunding. A cette occasion il s’est prêté à un exercice dans lequel il excelle à plusieurs égards : nous offrir un saut dans le temps et imaginer ce que pourrait devenir le crowdfunding, ou financement participatif.
Sur le volet stylistique, le récit est à l’image de l’oeuvre d’ Alain Damasio, dynamique, captivant et questionnant.
Le fond est tout aussi intéressant et mérite d’être considéré de manière non négligeable : une vie qui ne tient qu’à travers du financement participatif. Financement de son électricité, partage de chambre (en tout genre) pour payer son loyer, financement de sa propre existence… En bref, une totale dépendance en une pseudo-participation.

A regarder sans attendre!

 

Ouseful.info – Legislating Autonomous Robots

Dans cet article, OUseful.info revient sur la question de législation sur les robots autonomes à travers le travail de la Commission Européenne et son rapport sur le sujet.

La question de la législation des robots devient cruciale à l’heure de leur multiplication dans l’espace public.
Vont ils être considérés avec des droits similaires aux humains?

Fifteen years or so ago, now, I worked on an OU short course – T184: Robotics and the Meaning Life .. The course took a broad view of robotics, from the technical (physical design, typical control systems, relevant AI – artificial intelligence – techniques (and their limitations), through the social and political consequences..

Source : Legislating Autonomous Robots

OpenDatasoft – The Archives of the Planet by Albert Kahn, now available in Open Data

According to Albert Kahn , the purpose of the Archives of the Planet is to account for “the aspects and the practices of human activity which will inevitably disappear over time” .. This large iconographic collection consists of 72,000 Autochrome plates (color photographs on glass plates) and hundreds of hours worth of black and white films..

Source : The Archives of the Planet by Albert Kahn, now available in Open Data

ParisTechReview – Où les machines pourraient déjà remplacer les humains, et où elles ne le pourraient pas (encore)

Alors que les technologies d’automatisation comme l’apprentissage machine et la robotique jouent un rôle de plus en plus important dans la vie quotidienne, leurs applications au milieu professionnel sont naturellement devenues un sujet majeur, tant pour les chercheurs qu’aux yeux du grand public..

Source : Où les machines pourraient déjà remplacer les humains, et où elles ne le pourraient pas (encore)